Water Polo

Le PAN jouera sa 3e Ligue des Champions !

La saison 2019-2020 de waterpolo s’arrête là. La Fédération française de natation a officialisé l’annulation de la fin de saison du Championnat de France en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus. Aucun club ne sera sacré champion. En revanche, le classement au terme de la dernière journée disputée est entériné pour les places européennes. Le Pays d’Aix Natation classé deuxième participera à la Ligue des Champions. C’est la troisième fois d’affilée que le PAN valide son billet dans la plus prestigieuse des compétitions.

La belle réaction du PAN

Le PAN a relevé la tête lors de la 14e journée en s’imposant logiquement à Nice sur le score de 11 à 5. Trois points qui font du bien dans la course à l’accession directe aux demi-finales des playoffs. Après une première période d’observation où seul Sébastien Monneret est parvenu à trouver le chemin des filets, les Aixois se sont totalement libérés dans le deuxième round. Solides en défense, Enzo Khasz et les siens mettent les ingrédients nécessaires pour creuser un écart conséquent à la pause (2-7).

A Nice pour repartir de l'avant

C’est toujours pareil après la fin d’une belle dynamique. On ne sait pas trop comment l’équipe va réagir. Les Aixois qui restaient sur quatre victoires d’affilée ont du céder leur fauteuil de leader à leur meilleur ennemi mercredi. Cette saison, le PAN a déjà été confronté à cette situation. C’était juste avant la trêve hivernale. Après le revers à Tourcoing, l’équipe s’en était très bien sortie à la reprise avec ces quatre succès de rang. Qu’en sera-t-il ce samedi à Nice où le PAN partira favori ? 

Le PAN perd la tête

Dans ce duel au sommet entre les deux meilleures attaques du championnat, on s’attendait à un festival de buts. Contre toute attente, les deux équipes ont laissé la parole à la défense. Ce qui explique ce score plutôt rare dans un match de water-polo. « C’était un match très défensif avec deux très bons gardiens » explique Alexandre Donsimoni. Dans son bassin, Marseille a fait la course en tête de bout en bout. Menés 3-0 au début de la seconde période, les Aixois vont enfin trouver le chemin du but d’abord sur un tir de Maroje Gluhaic puis sur une réalisation d’Albert Espanol (3-2).

C'est l'heure du derby !

Quand revient l’heure du derby, on a tous tendance à radoter. Te souviens-tu du match aller à Yves Blanc ? Qui avait inscrit le but de la dernière victoire aixoise ? Ce jour-là, le PAN avait réussi un authentique exploit en arrachant aux Marseillais une victoire aussi méritée qu’inespérée. L’heure des retrouvailles annoncées en lettres majuscules sur le calendrier du championnat est arrivée. On va savoir de nouveau qui c’est les meilleurs ! « Nous sommes prêts à affronter Marseille. Nous savons qu'ils ont une grosse équipe cette année, mais on sera là pour les embêter.

Le PAN en patron !

Toutes les séries ont une fin. Les bonnes comme les mauvaises. Samedi soir, les Aixois ont vaincu le signe indien. Après 7 longues années sans victoire à domicile contre Strasbourg, les hommes d’Alexandre Donsimoni ont enfin brisé la malédiction. Et quel match ! Ce duel au sommet de la 12e journée a tenu toutes ses promesses. Coeur sensible s’abstenir. Les Aixois ont réalisé l’entame de match parfaite en ouvrant rapidement le score par l’intermédiaire de Sébastien Monneret. Tels de vrais guerriers, les joueurs de la Team Pirates ont mis beaucoup d’abnégation et de solidarité en défense.

Briser la malédiction à domicile

Si dix points séparent les deux équipes à mi-parcours de la saison, cela ne reste pas moins un véritable duel au sommet explique Alexandre Donsimoni. « La densité du championnat cette saison est telle que ce genre de match pourrait très bien être la prochaine demi-finale ou finale même si Marseille reste archi-favori. On mène la danse avec un match en plus donc ce n’est pas représentatif même si ça fait toujours plaisir.

Une soirée tranquille

Trois matches, trois victoires. Les Aixois ne pouvaient pas mieux débuter la seconde partie du championnat. Depuis la réception de Reims où le manque d’automatisme s’est fait ressentir en raison de l’absence de matchs amicaux pendant la trêve, les hommes d’Alexandre Donsimoni ne cessent de monter en puissance. La victoire à Sète le confirme. Jamais les Aixois n’ont été inquiétés au tableau d’affichage prenant aussitôt le contrôle des opérations (0-3) sous l’impulsion d’un Enzo Khasz en chaleur. L’addition allait se corser davantage dès la reprise de la troisième période (3-10).

CLUB DES PARTENAIRES DU PAN

Il n'y a aucune actualités pour le moment

Newsletter du PAN

Entrez votre e-mail ci-dessous

Afin de recevoir nos newsletter, veuillez saisir votre adresse e-mail.